Pour recevoir ma newsletter, abonnez-vous ci-dessous.

Pas d'inquiétude : je hais les spams !

Visiter Rouen à Pied : Les Conseils d’une Rouennaise !

Posted on 0

Vous avez décidé de visiter Rouen à pied et souhaitez les conseils d’une habituée ? Habitant la capitale normande depuis une quinzaine d’années, je me déplace essentiellement en marchant. Autant dire que je connais bon nombre des rues et ruelles qui composent la ville aux 100 clochers. Rouen est une ville à taille humaine. On peut donc l’explorer uniquement en mode piéton. Que ce soit pour une visite expresse d’une heure ou pour une escapade de 3 jours. Je préfère vous prévenir : je ne vous propose pas une visite touristique traditionnelle, mais plutôt mes circuits coup de cœur. Pour découvrir mes incontournables du centre historique ou des endroits moins connus, mais propices à la balade, enfilez des chaussures confortables et suivez-moi !

Explorer le centre-ville de Rouen en marchant

J’insiste sur les chaussures confortables. Une bonne partie des rues du centre historique sont pavées. C’est beau, mais pas complètement compatible avec les talons hauts. Notre point de départ et de repère sera la place de la cathédrale. Prenez bien sûr le temps d’admirer et de visiter la cathédrale Notre-Dame de Rouen. Vous souhaitez faire le plein de documentation ? Tournez le dos à ce chef-d’œuvre de l’architecture gothique et vous êtes face à l’office de tourisme. À partir de là, je vous propose quatre options.

la cathédrale Notre-Dame : notre point de départ pour visiter Rouen à pied.
La cathédrale Notre-Dame : on ne peut rêver mieux comme point de repère pour découvrir Rouen à pied !

Vers la rue du Gros Horloge

Face à l’office de tourisme, vous empruntez à droite la fameuse rue du Gros Horloge ou simplement « rue du Gros » pour les intimes. Cette rue est unique à bien des égards :

  • C’est la plus ancienne voie piétonne de France (1972).
  • Il s’agit de l’artère commerçante la plus fréquentée de Rouen : empruntez-la un samedi après-midi ensoleillé et osez me dire le contraire !
  • Et surtout, grâce à son riche patrimoine, c’est une merveille pour les yeux.

Pour apprécier cette rue à sa juste valeur, faites abstraction des vitrines des commerces et observez bien partout. Le point d’orgue, c’est bien sûr le Gros Horloge. Construit à la fin du XIVe siècle, on peut le visiter depuis 2006. C’est une visite très intéressante. Attention, l’espace étant limité, le nombre de visiteurs simultané est lui-même restreint.

Le Gros Horloge, point d'orgue de la rue piétonne du même nom.
N’oubliez pas de lever la tête lorsque vous passerez sous l’arche du Gros Horloge.

Mais le plus beau du plus beau, selon moi, se trouve sous l’arche où vous découvrirez le mythe du bon Pasteur. Je trouve ce décor sculpté particulièrement émouvant. Malheureusement, nombre de visiteurs passent à côté (concrètement, ils passent dessous, mais trop vite…). Il est vrai qu’il faut réussir à tenir le cap parmi le flot incessant de badauds. La boutique de fleurs hyper photogénique toute proche constitue également une charmante source de distraction.

Vous parvenez ensuite à une intersection avec la rue Jeanne d’Arc. Avant de poursuivre en face, je vous invite à faire un détour à droite. À quelques pas de là, vous admirerez le Palais de Justice et notamment sa façade (rue Jeanne d’Arc) et sa cour (rue aux Juifs).

Vue sur la cour du Palais de justice depuis la rue aux Juifs
La cour du Palais de Justice (rue aux Juifs).

Au bout de la rue du Gros, vous arrivez à la place du Vieux Marché.  Ce lieu est aussi très touristique. C’est là que fut érigé le bûcher où Jeanne d’Arc a été brûlée vive le 30 mai 1431. Sur cette place se trouvent les halles et leurs étals alléchants (mais pas très bon marché, avouons-le). 

Vous irez peut-être faire un tour dans l’église Sainte-Jeanne-d ‘Arc. Si elle fait aujourd’hui partie intégrante du paysage architectural, elle a fait polémique lors de son inauguration en 1979. Elle était jugée trop moderne. Une chose est sûre, elle mérite qu’on s’arrête sur ses vitraux qui datent du XVIe siècle. Récupérés de l’église Saint-Vincent, ils sont de toute beauté.

Si votre promenade vous a creusé l’estomac, la place du Vieux Marché regorge de restaurants où découvrir la gastronomie de Normandie et d’ailleurs.

Vers la rue des Carmes

Allez, on se repositionne sur le parvis, face à la cathédrale. En partant à gauche, vous remontez la rue des Carmes, également très commerçante et piétonne. Moins intéressante du point de vue architectural, elle n’en est pas moins sympathique.

En haut de cette rue, vous arrivez au croisement avec la rue Jean Lecanuet (maire de Rouen de 1968 à sa mort en 1993). De là, vous avez trois possibilités.

Première option : vous allez tout droit et remontez la rue Beauvoisine qui est :

  • La rue où se trouvent le Muséum d’histoire naturelle et la Musée des antiquités (les collections permanentes de ces deux musées sont gratuites).
  • Une rue vivante et authentique.
  • La rue idéale pour vous faire les mollets, car ça grimpe !

Deuxième option : vous allez à droite et environ 300 mètres plus loin, vous êtes face à l’hôtel de ville. Continuez vers la droite et vous rencontrez l’abbatiale Saint-Ouen, un autre des nombreux monuments historiques que compte Rouen. En continuant un peu, vous êtes face à l’entrée du jardin de l’hôtel de ville. C’est l’un des rares espaces verts de l’hypercentre.

En face de cette entrée, empruntez la rue des Boucheries Saint-Ouen puis, à gauche, la rue piétonne Eau de Robec. C’est vraiment une de mes rues préférées. Il y souffle comme un air de village. Les cafés, restaurants et maisons médiévales sont nombreux. Cette rue suit le cours du Robec qui y coulait autrefois et qui est aujourd’hui restitué de manière symbolique. C’était la rue des teinturiers et des drapiers. En levant la tête, on aperçoit encore les avancées qui permettaient aux artisans de sécher les étoffes.

Maisons colorées de la rue Eau de Robec
Les maisons typiques de la rue Eau de Robec.

Troisième et dernière option : vous allez à gauche. En 3 minutes, vous êtes dans le quartier du square Verdrel. Trois musées se trouvent dans cette zone. Leur accès est gratuit (sauf pour les expositions temporaires). Vous avez donc le choix entre le remarquable Musée des Beaux-Arts, le beau Musée de la Céramique et mon musée préféré de Rouen, le Musée Lesecq des Tournelles.

Ce musée, situé dans l’église Saint-Laurent, est dédié aux arts du fer. Vous pourrez y admirer de magnifiques pièces ouvragées et frémir en découvrant, par exemple, des pinces de dentistes.

Vers la rue Saint-Romain

Pour rejoindre cette rue pittoresque, empruntez le passage à gauche de la cathédrale (quand vous lui faites face). Admirez les maisons à pans de bois. C’est ici que je ressens le mieux le passé médiéval de Rouen. L’Historial Jeanne d’Arc se trouve dans cette rue.

La rue Saint-Romain est incontournable lors d'un circuit piéton dans Rouen.
Un exemple de maison à encorbellement dans la rue Saint-Romain.

Je vous conseille également de vous arrêter devant la façade du n°70 qui abritait autrefois l’atelier de ferronnerie de Ferdinand Marrou (créé en 1902). Aujourd’hui, c’est un salon de thé.

Au bout de la rue, vous traversez la rue de la République et vous retrouvez devant un autre trésor gothique de Rouen : l’église Saint-Maclou. Ses portes sculptées sont impressionnantes.

L'impressionnante église Saint-Maclou .
La place Barthélémy est idéale pour admirer l’église Saint-Maclou.

Contournez l’église par la gauche. Vous voici dans la rue de Martainville. Au programme : divers restaurants, plusieurs maisons à colombages et l’accès à l’Aître Saint-Maclou au n°186. Cet étonnant cimetière à galeries est unique en Europe. Il a fait l’objet ces dernières années d’importants travaux de restauration.

En parcourant la rue de Martainville, vous verrez également la place Saint-Marc où a lieu le marché le plus célèbre de Rouen plusieurs fois par semaine. J’évoque le marché du dimanche un peu plus bas.

Vers le pont Boieldieu 

Face à la cathédrale, vous allez à droite. Vous vous trouvez en trois minutes à peine devant le pont Boieldieu, le pont le plus agréable à emprunter pour les piétons. Les trottoirs sont très larges et il est équipé de bancs. Bonus : vous pouvez admirer les neuf bustes de navigateurs réalisés par le sculpteur Jean-Marc de Pas.

Le pont Boieldieu avec vue sur la tour des archives. C'est le pont le plus agréable pour passer d'une rive à l'autre en mode piéton.
Le pont Boieldieu est rarement aussi désert ! Cette photo a été prise tôt le matin.

Une fois passée la Seine, vous vous retrouvez dans le quartier Saint-Sever, administratif et populaire. Ce n’est peut-être pas le quartier le plus intéressant du point de vue patrimonial. Il a subi de gros dégâts durant la Seconde Guerre mondiale. Quoique, la tour des archives, inaugurée en 1965, est impressionnante. Je trouve son illumination très réussie : un véritable phare dans la nuit ! À noter que depuis le 1er août 2022, l’illumination n’a plus lieu tous les soirs. Par souci d’économie d’énergie,  la tour est illuminée uniquement lors d’événements spécifiques.

Vous passerez sûrement par là si vous vous rendez, depuis la rive droite, au centre commercial Saint-Sever, au magnifique jardin des plantes ou au quartier libre de Rouen. Ces lieux sont évoqués plus loin dans l’article.

Visiter Rouen à pied quand il pleut

Un des surnoms de Rouen est le « pot de chambre de la Normandie ». Je trouve cette appellation exagérée. Je vous avoue néanmoins que je me déplace rarement sans un parapluie. Et même ainsi équipée…  Il peut parfois pleuvoir assez fort et longtemps. Je suis arrivée plusieurs fois trempée au travail. Pour l’anecdote embarrassante : qui a eu la bonne idée de passer me dire bonjour alors que je mettais mes chaussettes à sécher sur le radiateur ? Mon directeur !

Si cela vous arrive lors de votre escapade rouennaise, pas de panique. Votre journée n’est pas perdue. Vous pourrez bien entendu en profiter pour faire une pause gourmande ou culturelle. Les cafés, restaurants, salons de thé et musées de qualité ne manquent pas. Si vous êtes malchanceux et qu’aucune éclaircie ne pointe le bout de son nez lors de votre séjour, vous aurez de quoi faire. Et vous pourrez découvrir les 50 nuances de gris du ciel rouennais qui ont inspiré de nombreux peintres.

Si vous avez plutôt envie de faire du shopping, Rouen dispose de trois centres commerciaux couverts facilement accessibles. J’indique les temps de trajet à pied depuis la cathédrale :

  • L’espace du Palais (5 min) : une quinzaine de boutiques et restaurants, 1 bibliothèque.
  • Le centre Saint-Sever (18 min) : environ 70 boutiques et restaurants, 1 bibliothèque, 1 complexe de cinéma.
  • Les Docks 76 (30 min) : environ 70 boutiques et restaurants, 1 complexe de cinéma.

Pour les cinéphiles, je vous conseille aussi le Cinéma l’Omnia. La programmation est de qualité.

Quelques lieux de refuge supplémentaires (évoqués plus haut) :

  • Si vous êtes dans la rue du Gros, essayez de vous mettre sous l’arche du Gros Horloge. Vous aurez sûrement de la compagnie, mais vous aurez tout le temps d’apprécier le relief sculpté.
  • Proche du Vieux Marché, les halles sont parfaites pour rester au sec.
  • Rue de Martainville, les galeries de l’Aître Saint Maclou vous permettront de vous abriter.
Le relief magnifiquement sculpté sous l'arche du Gros Horloge est une excellente solution pour admirer les trésors de Rouen même quand il pleut.
Le relief sculpté sous l’arche du Gros Horloge.

Autre possibilité : le petit train qui permet de visiter Rouen comme si on était à pied tout en étant à l’abri. Pour le départ, rendez-vous place de la cathédrale.

Se promener dans la capitale normande le dimanche

Commencez par le Marché de la place Saint-Marc auquel j’ai consacré un article. C’est là que bat le cœur de la ville le dimanche matin. Odeurs des fromages affinés ou de poulet grillé, fruits et légumes appétissants… Sans oublier le bourdonnement des conversations. C’est une expérience à ne pas manquer et un bel exemple des marchés dont la France a le secret.

Envie d’un pique-nique typiquement rouennais ? Faites le plein de provision et allez faire ripaille dans les jardins de l’hôtel de ville ou sur les quais. Si vous préférez aller au restaurant, je vous conseille vraiment de réserver. Beaucoup de restaurants sont fermés le dimanche. Ceux qui restent peuvent être pris d’assaut.

Et l’après-midi, on fait quoi ? Les différents musées de Rouen vous tendent les bras. Vous pouvez également vous rendre au quartier libre de Rouen (ex-friche Lucien). Il s’agit d’un espace alternatif, ouvert 7/7 jours d’avril à octobre et situé sur le site SNCF Saint-Sever. Son but est de promouvoir le bien-vivre ensemble, de favoriser l’expérimentation.

Le dimanche, c’est aussi le moment idéal pour admirer le patrimoine architectural des rues commerçantes. Elles sont bien sûr beaucoup plus tranquilles lorsque les boutiques sont fermées. Vous apprécierez le patrimoine historique. Mais vous pourrez aussi admirer plusieurs fresques de street art.

Un des fresques de street-art à découvrir lors d'une proemanade à pied dans Rouen.
Cette fresque se situe rue des Vergetiers (vue depuis la rue aux Ours).

Et si vous transformiez votre promenade dominicale en randonnée urbaine ?

Découvrir Rouen en randonnant

La Côte Sainte-Catherine

C’est vraiment un morceau de campagne dans la ville. En haut, le point de vue sur la ville est saisissant. Depuis la cathédrale, comptez 1,5 km pour arriver au pied de l’escalier… de 500 marches environ.

Vue sur la Côte Sainte-Catherine.
Voici la Côte Sainte-Catherine vue de Rouen.
Pour découvrir le panorama depuis là-haut, il faudra vous y rendre !

Rejoignez l’église Saint-Maclou (évoquée plus haut). À partir de là, prenez la rue de Martainville à gauche. Puis empruntez le boulevard Gambetta jusqu’à la place du Canada et continuez tout droit par la rue du Faubourg Martainville. Prenez la rue du Mont Gargan, passez sous la voie rapide et empruntez l’escalier situé à votre droite.  Vous arrivez rue Henri Rivière. Aux environs du n°24, la montée continue. Tout en haut vous attend la récompense : un panorama vertigineux qui embrasse toute la ville.

Circuit piéton sous les ponts

Descendez sur les quais depuis les ponts Corneille, Boieldieu, Guillaume le Conquérant, Jeanne d’Arc ou Flaubert. Je ne conseille pas le pont Mathilde qui est trop excentré. Quel que soit votre point de départ, vous pourrez effectuer une agréable promenade circulaire en changeant de rive grâce aux ponts Flaubert et Corneille.

En chemin, vous croiserez jeux d’enfants, bars, restaurants,  équipements sportifs et culturels, espaces verts (Prairie Saint-Sever et Presqu’île Rollet situées rive gauche). Au cas où vous seriez muni d’un vieux guide touristique de Rouen : ne cherchez pas le panorama XXL. Il  a été démonté. L’itinéraire complet prend environ 1h30, sans les arrêts.

Vue sur les quais bas rive gauche.
Les quais bas sont propices à la balade.
Je préfère la rive gauche que je trouve plus aérée.

Le jardin des plantes

Il est assez éloigné du centre-ville. Depuis la cathédrale vous marcherez 2,5 km pour l’atteindre. Prenez le pont Boieldieu puis la rue Saint-Sever. Face à l’église, bifurquez à gauche et empruntez la rue d’Elbeuf pendant un peu plus d’un kilomètre. Vous traversez notamment le boulevard de l’Europe. Après un carrefour, la rue d’Elbeuf se transforme en l’avenue des Martyrs de la Résistance. Le jardin des Plantes se trouve sur votre droite. Vous ne pouvez pas le manquer.

4 vues différentes du jardin des plantes de Rouen à l'automne
Le jardin des plantes de Rouen à l’automne il y a quelques années.

L’entrée est gratuite. C’est le lieu parfait pour une promenade familiale ou romantique. Quelques serres se visitent. De mon expérience, même quand il y a beaucoup de monde, on arrive toujours à trouver un endroit au calme. J’en profite pour féliciter l’équipe chargée de l’entretien et du jardinage : chapeau bas mesdames et messieurs !

L’île Lacroix

Si vous avez du temps et simplement envie de marcher, cela peut être une bonne option. Il s’agit de faire le tour de l’île Lacroix en suivant le plus possible les bords de Seine. La promenade n’est pas aménagée au moment où j’écris cet article.  Néanmoins, des travaux sont envisagés. Cette balade dure environ une heure.

On accède à l’île Lacroix par le pont Corneille. En chemin, vous croiserez le complexe sportif Guy-Boissière. Si vous avez chaud, la piscine (bassin couvert ou bassin découvert) est idéale. Faites un tour à la patinoire pour encore plus de fraîcheur. C’est le fief de notre équipe de hockey qui, sans chauvinisme, est une des meilleures équipes de France. Si vous avez l’occasion d’assister à un match, faites-le ! L’ambiance était survoltée et bon enfant, chaque fois que je m’y suis rendue.

L'île Lacroix offre la possibilité de découvrir Rouen en randonnant.
Extrémité de l’île Lacroix vue depuis le pont Corneille.

Si vous êtes arrivé au bout de cet article : félicitations, car je me rends compte qu’il est très long ! Et pourtant, j’aurais pu en dire bien davantage. N’hésitez pas à arpenter la capitale normande et à vous perdre dans le dédale de ses ruelles pour construire votre propre parcours. Avec ses « tournez à gauche » et autres « allez tout droit », cet article a aussi un petit air de « livre dont vous êtes le héros » (ou d’un GPS piéton, mais c’est moins poétique…). Alors, à vous de jouer et de découvrir Rouen à pied.

Partagez dans les commentaires vos bons plans ou vos retours sur votre découverte pédestre de l’une des plus jolies villes de Seine-Maritime.

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.